[Élections royales] Missive de Nicolas de Firenze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Élections royales] Missive de Nicolas de Firenze

Message  Nicolas de Firenze le Dim 30 Juin 2013 - 22:58


    A Sa Grâce Marti15,
    A ses conseillers ducaux,
    A toute la population de Touraine,

    Salutations !

    N'ayant hélas pas la faculté de visiter simultanément tous les châteaux du Royaume, je ne peux me présenter à vous en chair et en os. Je tenais toutefois à m'adresser à vous et j'espère que vous trouverez le temps de lire ces quelques mots.

    A cause de quelques orgueilleux, le Royaume est plongé dans une guerre civile interminable. Pendant que les honnêtes gens s'étripent loin au sud, les brigands déferlent partout où ils le peuvent, en toute impunité. Les soldats ne cultivent plus leurs champs, le pain se fait de plus en plus rare... la France sera bientôt dans la même situation qu'après la guerre contre le Ponant : divisée et ruinée. Elle n'aura même pas permis de ramener un semblant d'unité.

    Si je me porte candidat au trône, c'est parce que je crois pouvoir ramener la paix dans le Royaume. Pas en proférant des menaces contre tous ceux qui refuseront de rentrer dans le rang, mais en faisant de la Couronne ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être : un vecteur d'unité, de force et de justice.

    Nombreux sont les candidats à tenir sensiblement le même discours, quoi que les méthodes proposées diffèrent parfois quelque peu. Je vous demande donc de nous juger sur nos actes. Ceux qui se sont jetés tête baissée dans le conflit sont-ils crédibles lorsqu'ils réclament la paix ? Ceux qui n'ont jamais personnellement servi la Couronne peuvent-ils prétendre y être dévoués ? Ceux qui n'ont jamais daigné rejoindre un office royal connaissent-ils assez le fonctionnement de l'administration pour pouvoir la réformer efficacement ? Gardez les promesses en tête, mais ne vous laissez pas abuser par elles.

    Ma candidature est la suite logique d'un engagement déjà ancien. Je me suis consacré au Royaume lorsque Levan III régnait encore. Depuis, sans chercher les récompenses ou les honneurs, j'ai accompli consciencieusement mon travail là où on avait besoin de moi, aux modestes échelons de la Prévôté, de la Connétablie et plus récemment de la Chancellerie. Mon dévouement ne changera pas si j'accède à de plus hautes fonctions, j'aurai simplement la possibilité de le traduire à plus grande échelle.

    Si d'aventure vous aviez d'autres interrogations, vous pouvez me les soumettre par écrit ou venir me les poser en personne au domaine de Moulicent, en Alençon. J'y tiens permanence et des commodités sont prévues pour les voyageurs au long cours. Ci-joint, une copie de mon programme, au cas où vous ne l'auriez pas encore lu.

    Puisse le Très-Haut protéger la Touraine et le Royaume !

    Fait à Alençon le trentième jour du mois de juin de l'an de grâce mil quatre cent soixante et un,



    Le Royaume est au bord du gouffre. Même durant la guerre contre le Ponant, les provinces indépendantistes étaient moins nombreuses. Voilà ce qui arrive quand les souverains se préoccupent davantage de leur clan que de leurs sujets, abusent de leurs droits en oubliant leurs devoirs et utilisent la Couronne plutôt que de la servir !

    Mais ce n'est pas une fatalité. L'autorité royale pourrait être juste et mesurée. L'appartenance au Royaume, devenir une force plutôt qu'une contrainte. Les abus de pouvoir, cesser d'être la norme. Voici une liste de mesures que je m'engage à mettre en œuvre si vous choisissez de me faire confiance et de m'aider à rendre tout son lustre à la Couronne.



    -= PAIX =-

    - Personne ne devrait être obligé de choisir entre son Roy et sa foy. Des pourparlers seront donc engagés avec l'Église aristotélicienne romaine, dans une pièce sans nourriture ni boisson si nécessaire, en vue de la signature rapide d'un nouveau concordat.

    - Plusieurs provinces ont refusé de renouveler leur allégeance. Leurs griefs seront entendus au cours de négociations bilatérales qui leur permettront de reprendre leur place au sein du Royaume en échange d'amnisties réciproques.

    - Depuis près de deux ans, les monarques successifs abusent du dévouement d'hommes et de femmes qui ont mis leurs épées et leurs vies au service de la Couronne. Leur mobilisation sera levée, et ils seront entendus et reconnus avec le respect qu'ils méritent. Il serait toutefois démagogique de promettre un remboursement du ban, qui a atteint des montants bien trop élevés.

    - La noblesse française sera conviée à la cour, où réjouissances et festins lui rappelleront qu'il est des occupations plus saines que la guerre. Les bellicistes irascibles seront abondamment moqués par des bouffons royaux recrutés pour l'occasion.



    -= JUSTICE =-

    - Protéger ses sujets contre toutes les formes d'abus est une des principales missions d'un souverain. Dans leur forme actuelle, les institutions françaises ne le permettent pas, elles seront donc réorganisées pour fonctionner mieux et plus rapidement, sous la menace de la badine s'il le faut.

    - La responsabilité d'un office royal est une charge, pas une distinction ni une récompense. Il sera mis un terme au favoritisme et au népotisme qui ont connu leurs grandes heures sous les règnes précédents.

    - Les procédures judiciaires interminables sont une plaie, aussi les duels feront-ils leur retour sous réserve d'accord par toutes les parties concernées. Non point les barbares ordalies, mais les concours de lever de coude sous l'égide de Sainte Boulasse.

    - Un règne juste ne peut se faire en solitaire. Les prérogatives des différentes chambres et assemblées conseillant le monarque seront redéfinies et précisées afin que leur rôle ne soit plus strictement esthétique, même si tout le monde s'accorde à reconnaître l'intérêt  décoratif d'un manteau de Pair.



    -= PROSPERITE =-

    - Le Domaine royal n'est pas un raisin mûr qu'on peut presser à loisir. Pour que ses provinces prospèrent à nouveau, les dettes dont elles sont injustement accablées seront effacées.

    - Les fonds de la Couronne ne doivent pas servir d'argent de poche à quelques favoris, mais financer le bien de tout le Royaume. Leur emploi sera donc surveillé par la Pairie, qui pourra sonner publiquement l'alarme en cas d'irrégularités.

    - Les écus qui ne seront plus engloutis dans des conflits dispendieux et futiles pourront être utilisés dans des projets plus intéressants tels que le mécénat royal, le ravitaillement des caves du Louvre ou encore la fabrication de badines en or massif.

    - Des rumeurs courent sur les châteaux mal gardés de pays négligents, où sommeilleraient richesses inimaginables, anciennes reliques et belles princesses. Les aventuriers souhaitant conquérir ces trésors au nom de la France bénéficieront de tout le soutien officieux nécessaire !


    -= Parce que la force doit être juste et que la justice doit être forte, votez Nicolas de Firenze ! =-

avatar
Nicolas de Firenze

Date d'inscription : 04/10/2012
Nombre de messages : 1


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum