Enjoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enjoy

Message  Harlon le Sam 6 Déc 2014 - 14:57

Procès ayant opposé Enjoy au Duché de Touraine

29 Août 1462

Procureur : Morganenn de Troy-Carpadant (Morganenn)

Juge : Arthur de Troy (Arthur_de_troy)

Enjoy était accusé de trouble à l'ordre public.


Acte d'accusation :

En ce vingt-huitième jour du mois d'Août de l'an de Grâce 1462, nous, Morganenn de Troy-Carpadant, Procureur de Touraine sous le mandat de la duchesse Aemillia de la Louveterie d'Amahir, ouvrons un procès à l'encontre d'Enjoy pour trouble à l'ordre public.


Dans la nuit du 27 au 28 aout 1462 une révolte à eu lieu à Chinon entraînant la prise de la mairie. Si aucun milicien ne peut déclarer formellement l'identité du coupable nous avons néanmoins la mairesse légitime qui affirme avoir vu et reconnu dame Enjoy lors de la prise de la mairie :

28/08/1462 04:06 : La mairie a été saccagée. Vous avez été destitué.
28/08/1462 Révolte à Chinon ! Enjoy prend le pouvoir

Par ailleurs dame Enjoy se revendique des groupes criminels spiritus sangui et Trompe la mort formellement cité sur l'affiche de la mairie que je vous cite :

"Message du maire Enjoy
Bienvenue à CHIGNON

En ce jour du 28 août 1462, la ville est sous l'emprise de la Spiritu Sanguis et des Trompe la Mort, gueux, gueuses, nobliots et nobliotes...

...prosternez-vous !"

Les révoltes et prises illégales de mairie sont qualifiés de crimes dans le coutumier de Touraine.

Chapitre V des crimes.
X. Celui qui attente une révolte doit être banni deux mois après avoir été jeté en geôles un jour, pour le moins. S’il dispose de circonstances atténuantes suffisantes, on ne le bannira point. S’il récidive, on le jettera en geôles le plus longtemps que les coutumes du Royaume y autorisent.

Les éléments de l'enquête tendent à prouver la culpabilité de l'accusée toutefois ses droits doivent être respectés, et comme jusqu'au verdict final la présomption d'innocence est de rigueur l'accusée dispose du droit de se défendre en faisant appel à un avocat et à des témoins. Je rappelle que selon le chapitre III de notre coutumier, à l'article II que "La fuite ou la tentative de fuite constituent un délit & un aveu, ou une circonstance aggravante".


Première plaidoirie de la défense:

*La mine sombre, le regard noir, Corleone s'avance d'une allure nonchalante et fière. Rien ne peut plus l'atteindre, bien au dessus de ce que le monde comporte, elle ne cirera pas les bancs du tribunal en les gratifiant de son assise. L'italienne n'a que peu de temps à accorder à ce simulacre de procès dont elle fait l'objet. Les mains posées sur la barre, les lippes rieuses, sa voix à l'accent chantant s'élève dans la salle en interrompant le témoignage de la mairesse déboutée*

No. Les caisses étaient bien plus remplies qu'elle ne le laisse entendre. *S'adressant à la dénommée Huberte, d'un ton froid* Ce n'est parce que tu es une incompétente notoire, tes récents exploits le prouvent, que c'est le cas de l’entièreté du royaume. En fait, j'ai dégagé bien plus d'argent en deux jours que toi, en un mandat.

*Narquoise, un haussement d'épaule appuie sa dernière phrase avant de retourner son attention sur ce semblant de cour.*

Pourquoi plaider une cause jugée d'avance ? La Touraine se compose de la pire engeance que cette terre ait porté avec le Maine ou le Berry. Vos procès iniques s'expriment à vos places. On y délibère au sein d'une pièce vide. Vide de bon sens. J'dois être connue comme le loup blanc pour qu'on hurle mon prénom à la nuit noire. Ou est-ce encore un subterfuge de votre cru, un procédé hérétique qu'on nomme sorcellerie ? Vous en venez à accuser à tort des voyageurs...

Oui, je suis coupable. Coupable de devoir supporter votre médiocrité, de respirer le même air, de devoir converser avec la bassesse que vous représentez. Vous n'avez strictement rien contre moi, si ce ne sont que les divagations d'une pauvre hère qui ne sait ni compter, ni gérer, ni même défendre sa cité. Ceci dit, les élus sont à l'image de leur populace puisque ce sont eux, qui les nomment, pour mieux se faire tondre. Je suis une louve, je suis une reyne sans couronne.

Mettez-moi en geôles, en comparaison de vos personnes, la solitude sera de bien meilleure compagnie.

L'accusation a appelé Huberte à la barre:

Votre Honneur,
Huberte, maire de chinon élue par les chinonais ,jusqu'à la date du 27 aoust de l' an de grasce 1462, et résidente à Chinon depuis ma naissance, route de Parise au ' hameau du Lac.
Je vais vous relater les faits de la sombre nuit sans lune, du 28 aoust 1462. Ce témoignage ne sera pas emphatique, ni épique, rien que les faits :
Le matin du 27 aoust , suite à sa ronde nocturne la maréchale – chef Othilie relate par une notification , rapport consigné en prévosté de la présence en nos murs de Chinon, d'un groupe de voyageurs connus pour leurs méfaits de brigandage et prise de mairies, elle m'en fait part également au siège de la mairie. Sur ses conseil éclairés, je décide d'allouer à la défense de la ville le nombre maximum de miliciens à savoir 4 . Or ces derniers jours le calme étant revenu sur la Touraine , beaucoup sont en retraite spirituelle et d'autres vaquent à leurs occupations,
le soir venu 3 postes de miliciens étaient pris manquait un milicien donc je complétait le groupe très tardivement dans la soirée.
Donc avec cette défense nous pouvions résister à une attaque de 10 personnes, 4 miliciens +un maréchal Othilie. Je ne peux à l' instant présent vous fournir les noms des miliciens parce que
Le 28 à 4 h 06 du matin, je n' étais plus maire
28/08/1462 04:06 : La mairie a été saccagée. Vous avez été destitué.
Au cours de la nuit un groupe de 17 personnes ont fracturé la porte de la mairie malgré notre résistance , le surnombre a fait le reste . ils ont pénétré la mairie, tout saccagé sur leur passage un déferlement de violence, volé le trésor, la caisse à savoir 384 écus ainsi que de la marchandise que la mairie conservait en ses réserves et également les aliments et boissons destinés à la population de Chinon, à la taverne "du trou du cru" rebaptisé par l' usurpatrice et pillarde Enjoy "le crépage de chignon " .(La liste précise pourra être fournie ) si besoin.

Réquisitoire de l'accusation:

Plaider une cause jugée d'avance ? Vous vous méprenez, face à cette cour vous avez la possibilité de vous défendre mais vos maladresses vont vous coûter cher.

Votre nom il n'est pas difficile à mettre sur votre visage, vous avez vous même écrit une annonce à la mairie et sur la taverne municipale en signant de votre nom et en précisant que vous étiez la nouvelle mairesse. Comment savons nous que vous avez pris la possession de la mairie ? Nous avons une témoin oculaire et vous venez de tout avouer en bloc.

C'est votre défense qui est une pure mascarade, nous avions déjà des éléments vous inculpant et je les ai cité dans mon premier réquisitoire, et à présent vous avouez tout en bloc, je vous en remercie cela facilitera notre travail, je vous cite "En fait, j'ai dégagé bien plus d'argent en deux jours que toi, en un mandat.". Je n'attendais pas mieux ! De plus le témoignage de la mairesse légitime est tout à fait crédible.

Je requiert deux jours de prison ferme. Au moins.


Dernière plaidoirie de la défense:

La personne intéressée ne s'est pas manifestée.


Énoncé du verdict: Le prévenu a été reconnu coupable de trouble à l'ordre public.

*"Vos procès iniques s'expriment à vos places". Iniques, iniques... Iniques ta... Oui le juge n'était pas très ému par l'effarouchement de la femelle qui faisait face. Il était plutôt agacé même par cette hypocrisie. Il détestait les hypocrites. Les mécréants qui ne s'assument pas ! En tant que licorneux il aurait bien réglé le problème d'un coup de Morgenstern dans sa tronche. En tant que juge...*

Veuillez vous lever pour son honneur le juge Arthur de Troy.

*L'homme salua de la tête le greffier, et parla.*

Je n'ai guère été convaincu par votre discours. Aucune preuve de votre innocence, vous allez même jusqu'à avouer.

Je suis homme à me montrer clément. Même envers les coupables. Pour peu qu'ils aient alors la délicatesse d'avouer leurs fautes et de se repentir. Sauf que vous ne vous repentez guère ! Vous vous plaignez, pauvre et malheureux criminelle que vous êtes ! Oppressée par une société qui ne la comprend pas ! Mais pourquoi ? Pourquoi ne vous laisse t'on pas repartir les poches pleines sans rien faire ?!

Parce que vous ne m'avez pas convaincu de votre innocence je vous condamne à la prison selon l'article sus-cité par notre procureur. Parce que vous ne m'avez pas convaincu de votre repentir, je ne me montrerais que plus ferme.
Parce que le peuple de Chinon ne devrait pas être le seul à payer, je vous condamne à une amende de...

*Des gardes s'empressèrent avec fort peu de délicatesse de faire le compte de l'argent qu'elle portait sur elle.*

16 écus Monseigneur !

Magnanime nous n'en prendrons que 15.

Vous vous dites Reyne ? Dans ma grande bonté, je vous offre un royaume pour les cinq prochains jours.

Qu'il soit su que c'est la mon verdict en ce 6 du mois d'octobre 1462.
Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 5 jours et ?une amende de 15 écus.

Harlon

Date d'inscription : 17/09/2014
Nombre de messages : 648


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum